Qui sommes-nous?

Une Histoire pas comme les autres

Voilà maintenant plus de 100 ans que quelque part en Autriche, à la veille de la première Guerre Mondiale, le mouvement scout Hashomer et le mouvement de jeunes intellectuels Tzeir Tzion décidèrent de s’unir. Ils donnèrent ainsi naissance à un mouvement unique, notre mouvement.

 

Ce mouvement s’est développé, s’est installé dans différents pays, et dans chaque pays, il a évolué différemment. Il a passé de nombreuses épreuves et a subi de grands événements de l’Histoire, que certains de ses membres ont parfois contribué à écrire eux-mêmes.

 

Nous sommes aujourd’hui 104 ans plus tard et nous ne partageons plus grand-chose en commun avec l’Hashomer Hatzair de ses débuts. Le mouvement a évolué et un Shomer des années 1920 serait surpris de voir le ken de l’Hashomer de Belgique aujourd’hui, rempli de ses 250 haverim et haverot. Notre mouvement a beaucoup changé car les sociétés dans lesquelles il s’est trouvé ont beaucoup changé aussi. Il a évolué parce que des Shomrim tout au long de son existence l’on fait évoluer,ont écrit son histoire, ont tout fait pour qu’il reste un mouvement progressiste, en avance sur son temps.

 

Un mouvement pas comme les autres

Pourtant l’Hashomer Hatzair de ses débuts et celle d’aujourd’hui, même si elles sont si différentes, forment un seul et même mouvement. Comment cela se fait-il?

 

Nous ne formons qu’un seul mouvement car il y a des choses que nous partageons tous, que nous avons tous en commun. Ces choses, ce sont des valeurs, des idéaux, une histoire. Tous ceux qui ont fait du mouvement ce qu’il est, qui l’ont fait évoluer, progresser, qui ont écrit son histoire, les portaient en eux, les avaient dans le coeur.

 

Ils sont la preuve que pour faire vivre le mouvement, il faut le connaître. Il faut comprendre d’où il vient, quelles sont les valeurs qu’il porte et les idéaux qu’il représente. Ces connaissances sont indispensables pour pouvoir faire vivre le mouvement, pour conserver les liens qu’il entretient avec son histoire (et avec les kenim du monde entier) et enfin, pour le faire progresser.

 

Ces connaissances en constante évolution, elles sont pour une partie d’entre elles transmises de madrihim en haverim depuis plus de 100 ans. Ainsi, elles furent transmises petit à petit aux madrihim qui font aujourd’hui vivre le mouvement.